Académie Nationale de Metz - Sciences Arts Lettres

L'UTILE - devise de l'Académie depuis 1760

Dossiers

Mise en ligne le 16-07-2019

28 juin 2019

Remise de la Légion d'honneur

Abdallah Ougazzaden, Chevalier de la Légion d’Honneur

 

 

 

Abdallah Ougazzaden, Chevalier de la Légion d’Honneur

 

 

Notre confrère Abdallah Ougazzaden, directeur de Georgia Tech Lorraine, le Campus européen de l’Université américaine Georgia Institute of Technology à Metz, a reçu le 28 juin dernier des mains de Dominique Gros, maire de Metz, les insignes de Chevalier de la Légion d’honneur. 

 

 

 

 

 

Le Pr Ouagazzaden est depuis 2014 co-président de l’Institut Lafayette, plateforme d’innovation et de transfert Technologique établie à Metz, dont il est aussi le co-fondateur, couvre les domaines des semi-conducteurs, de la photonique et de l’optoélectronique. Ses recherches, il les a effectuées dans des laboratoires de grande renommée internationale, dont le CNET/France Telecom en France (meilleur laboratoire français dans le domaine des télécommunications) où il a fait ses preuves pendant plus de 12 ans.


Mise en ligne le 28-06-2019

17 juin 2019

Décès : Arsène FELTEN

Arsène FELTEN (1950 - 2019)

 Arsène FELTEN,

membre titulaire, bibliothécaire-archiviste

 de l’Académie Nationale de Metz

Église de l’Immaculée Conception, vendredi 21 juin 2019

 

Arsène FELTEN, membre titulaire de l’Académie Nationale de Metz nous a quittés soudainement, Il était membre du bureau en tant que bibliothécaire-archiviste. Par ses talents variés et la permanence de son engagement sans faille, il était devenu au fil des ans la clé de voûte de notre dispositif opérationnel entre archives, site informatisé, élaboration des mémoires et autres livres collectifs.

 De par sa parfaite connaissance de nos archives, il était souvent mis à contribution par nombre d’entre nous, tant pour rechercher des livres, des références, des illustrations rares ou mille détails que lui seul savait extirper au sein de nos rayonnages. Il convient de souligner à ce propos que dès son intronisation en 2007, il avait immédiatement aidé son mentor académicien, André Schontz, à toute la remise en ordre des archives de nos mémoires. Ceci fait, il y eut l’opportunité de les numériser en liaison avec l’Institut national de l’Information Scientifique et Technique (l’INIST) ce qui nécessita un travail méticuleux de préparation. C’est ainsi qu’il fut élu et réélu archiviste-bibliothécaire et sa participation à la commission « communication » allait de soi puisqu’il supervisait de main de maître notre site informatique.

Arsène FELTEN était un homme modeste et discret, un vrai lorrain diraient certains.  Ce n’est qu’en le côtoyant que très vite transparaissait l’étendue de ses connaissances et de ses talents dont celui d’avoir été un cadre éminent des chemins de fer. Arsène est né à Falck près de Creutzwald où l’essentiel de la population se partageait entre mineurs et cheminots. Son père était mécanicien de route (c’est-à-dire un roulant) de la SNCF. Il perdit sa mère, gravement malade, bien trop tôt ce qui bouleversa toute sa jeunesse. Après l’école élémentaire, il connut l’internat et la solide éducation des pères assomptionnistes en premier lieu à Scy-Chazelles, puis en Isère où il fut un excellent élève.

Après la réussite de son baccalauréat, il hésita et se tourna finalement vers la SNCF après son service militaire à Trèves en tant que détaché aux transport par voie ferrée. Sa voie se dessinait et il fut recruté par la SNCF au sein de laquelle, après de solides formations internes, il fit toute sa carrière civile pour devenir un expert reconnu à la direction des Réseaux Ferrés de France (RFF) à Paris. Le sérieux de son travail l’amena ainsi à occuper des postes de plus en plus importants dans les domaines aussi variés que sont l’exploitation opérationnelle, le management ou l’ingénierie ferroviaire.

Passionné d’histoire, surtout locale, il a étudié l’aventure mouvementée du chemin de fer dans les marches de l’Est, d’abord dans des revues internes de la SNCF puis en tant que co-auteur d’un livre de référence paru en 1999 intitulé « Le chemin de fer en Lorraine » qui fut prolongé par un livre co-écrit avec André Schontz sur le TGV-Est qui était le plus rapide du monde…mais qui mit bien longtemps pour arriver en Lorraine ! Il a beaucoup écrit sur les lignes construites pendant l’annexion. Son bilinguisme frontalier, complété par un perfectionnement linguistique durant sa scolarité, lui a permis de déchiffrer les archives allemandes de l’époque. Elles étaient écrites en gothique, vous savez, cette écriture « pointue » que les frontaliers appelaient le « spitz Deutsch » d’usage généralisé durant toute l’annexion. Cela ne le rebuta point.

Depuis lors, il n’a cessé de nous faire part de sa passion en la matière ; « chemin de fer en Moselle, témoin de la culture allemande » en 2011, « évolution du réseau ferré public mosellan depuis 1945 jusqu’à nos jours » en 2014, « David Dietz, ingénieur des chemins de fer patriote pendant le conflit de 1870 » en 2018 et tout dernièrement « Les gares de Metz, légendes et réalités » le 17 janvier 2019 devant une salle pleine en Mairie de Metz. A ce propos, sa conférence a été enregistrée et nous nous mobiliserons pour la transcrire afin qu’elle soit publiée dans les mémoires de cette année.

Je serais incomplet si je ne citais pas sa passion pour l’art lorrain dont il était un amateur et un grand connaisseur. Il fréquentait assidûment les salles de vente aux enchères et collectionnait livres, objets d’art et peintures d’artistes lorrain. Il partageait cette passion avec notre confrère Christian Jouffroy, ancien président de notre compagnie et actuel président de la société des Amis des Arts et Musée de la Cour d’Or (la SAAM). Tous deux étaient « compagnons d’art » et Arsène FELTEN devint également administrateur de la SAAM. A ce titre, il écrivit plusieurs articles au sein de leur revue Chancels dont une rétrospective qui fait référence sur la famille Thiam qui fut une vraie dynastie d’artistes lorrains, dont Aimé Louis Thiam, l’inventeur de la marqueterie en relief sur bois. Il écrivit d’autres notices sur plusieurs peintres lorrains et lors de la belle et récente exposition au musée de la cour d’Or « Être artiste en Moselle 1870-1945 », il prêta une belle œuvre du peintre François Heigel issue de sa propre collection.

Comme me le disait sa fille Nathalie, il était toujours disponible pour partager avec ces enfants et petits-enfants ses passions dont celle des paysages de notre belle France. Il était leur guide et le conteur de belles histoire mais surtout un soutien sans faille quand les difficultés surgissaient. Pendant près de 25 ans, il fut aussi le créateur et l’animateur d’un club de randonnées, organisant des sorties inédites, minutieusement préparées, amicales et chaleureuses.

Sa brutale disparition est un état de choc pour toute sa famille, pour ses nombreux amis, qu’ils soient cheminots, randonneurs ou académiciens. Nous sommes tous, comme sur le quai d’une gare, anéantis par ce départ imprévu. Nous pouvons l’imaginer dans un train comme ceux des années cinquante conduit par une belle locomotive à vapeur qui, lorsqu’elle atteint sa vitesse de croisière, émet un long sifflement, aiguë puis plus grave. C’est à la fois plein d’espoir car c’est un voyage et plus triste parce que c’est un au revoir. Pourtant, nous voyons derrière les arbres au loin le panache de vapeur qui se dilue dans l’air du soir. Oui, c’est le panache, celui d’un homme bon, talentueux, solide et attentif qui laisse à ceux qui l’ont connu des trésors de connaissances et d’humanité. Il rejoint son épouse, décédée il y a deux ans, dans le village vosgien de Cornimont d’où ils aimaient, en famille, partir en randonnée.

 

                                                                                  Jean-François Muller

                                                                       Président de l’Académie nationale de Metz


Mise en ligne le 25-06-2019

15 juin 2019

Metz au miroir des écrivains : UNE SUITE SANS FIN...

Metz au miroir des écrivains : UNE SUITE SANS FIN

Metz au miroir des écrivains,

suite sans fin…

 

 

Metz au miroir des écrivains vient de paraître. La collecte faite par les académiciens est plus abondante que les possibilités d’édition.

 

Voici, pour compléter l’anthologie collective et la cueillette faite par les académiciens dans le champ de la littérature[1], une première suite d’écrivains nés à Metz, obscurs (Sewrin) ou connus (François de Curel), et un auteur étranger (Petru Dumitriu) qui a connu un tranquille asile à Metz et y est mort. Ils n’ont guère ou pas du tout parlé de Metz, mais un lien, parfois ténu, les unit à notre ville.

 

 

Voici aussi notre Champollion, le Père Scheil, qui fit ses études à Metz et dont une rue du quartier du Sablon porte le nom. Pouvait-on le laisser dans l’ombre ?

 

 

Voici même le poète René-Guy Cadou, sans attaches avec la ville, qui évoque toutefois la cité de garnison et ses mœurs légères, par ricochet en quelque sorte, en analysant le goût de son grand aîné Guillaume Apollinaire pour la chanson paillarde voire scatologique, dont la célèbre chanson messine L’Artilleur de Metz est le fleuron.

 

 

 

 

 

Voici enfin, en image, l’Artilleur de Metz, qui illustre le caractère impudique et frondeur des Messins. Il s’agit peut-être de la représentation de Philippe III d’Esch, sculptée sur la caponnière Desch, au nord de la porte des Allemands. De dos, braies baissées, l’artilleur montre son postérieur et, entre ses jambes, sa tête ébouriffée pour défier l’assaillant. Depuis 1527 il se maintient dans cette position inconfortable et acrobatique !

 

 

 

  

[1] Voir G. Nauroy & Chr. Pignon-Feller (éds), Metz au miroir des écrivains. Regards français et étranger des origines à nos jours, Metz, Éditions des Paraiges, 2019, 512 p., 39 €.



Mise en ligne le 25-06-2019

21 mai 2019

Nécrologie : Marcel BERVEILLER

MARCEL BERVEILLER (1946 - 2019)

Membre correspondant de l’Académie Nationale de Metz depuis 2009, promu associé libre en 1912, Marcel Berveiller nous a quitté le 1er janvier 2019, à l’âge de 72 ans. Né à Vaudreching (Moselle) le 9 février 1946, il entreprend des études supérieures après ses études secondaires. Ingénieur diplômé en génie physique de l’Institut national des Sciences Appliquées de Lyon en 1968, successivement il obtient un DEA à l’Université de Nancy I (1969), soutient une thèse de docteur ingénieur à l’Université de Metz (1971) et devient docteur d’Etat ès sciences physiques  de l’Université Paris 13 (1979). Il se spécialise dans les domaines de la mécanique des solides et des fluides, la mécanique et les sciences des matériaux, ainsi que la métallurgie solide. Il entreprend une brillante carrière universitaire dans les Universités de Metz et Paris 13, et dans les écoles d’ingénieurs (ENIM, ENSAM). Il travaille aussi en association avec des  universités allemandes et des écoles nationales. Il exerce également diverses responsabilités au titre de l’enseignement en Lorraine et en région parisienne. Au titre de la recherche, il fonde  et dirige (de 1982 à 1989) le laboratoire de Physique et Mécanique des Matériaux à l’Université de Metz, et est nommé membre du Comité National de la Recherche Scientifique (CNRS)  de 1991 à 2000. Il est aussi conseiller scientifique de nombreux organismes ou sociétés, notamment pour Arcelor-Mittal, l’ambassade de France à Berlin et l’Université franco-allemande de Sarrebruck.  

 

Son rayonnement ne se limite pas au cadre français. Il est membre de nombreuses sociétés savantes, tant européennes que françaises  et expert auprès de différents organismes pour l’évaluation de projets de recherche et de bilans en France (CNRS) et dans le monde ( Hong-Hong, Autriche, RFA  Canada, …). Ses travaux scientifiques et publications comportent plus de 100 articles dans les revues, 150 actes de congrès avec communications, une dizaine d’ouvrages. Il a par ailleurs encadré une quarantaine de doctorants. Enfin il a obtenu de nombreuses récompenses nationales et internationales.

 

Par de là cette activité professionnelle dense, Marcel  Berveiller était un amoureux de la musique, un choriste et un organiste  actif et passionné. Homme de la terre, il avait su rester proche de la nature, qu’il aimait parcourir en vélo ou entretenir en sa vallée de la Nied  natale.

 

Pour l’Académie, avant  d’être atteint par la maladie, il avait prononcé une conférence sur « L’organisation de la recherche publique en Allemagne » et était membre de la commission des prix « Sciences et techniques ».

Arsène FELTEN


Mise en ligne le 25-06-2019

15 avril 2019

Nécrologie Dr François JUNG

François JUNG (1920 - 2019)

Carnet de l'Hebdomadaire  LA SEMAINE 

"Le décès du docteur François Jung.

 

Peu d'hommes ont incarné à ce point un siècle d'histoire de la médecine, de la santé et tout simplement de la vie  à Metz. Et cela n'est pas simplement du au fait que François Jung, petit fils de Nicolas Jung qui fut maire de Metz, fils de Gabriel chirurgien, père  de 7 enfants nous ait quitté le 18 avril à l'âge de 98 ans.

C'est un engagement, une fidélité  dans les structures de santé comme dans la vie au contact des malades qui ont marqué cette existence. Chirurgien il s'installera après la guerre à l'hôpital Sainte Blandine où avait opéré son père. Il y restera jusqu'en 1985 tout en ayant participé à la fondation de la Clinique Claude Bernard. Mêmes fidélité et valeurs dans son engagement au sein du conseil de l'ordre qu'il présidera pendant un quart de siècle, siégeant même au conseil national.

Tout ce qui touchait à la vie culturelle le touchait aussi : membre de l'Académie de Metz il s'engage aussi dans des mouvements au sein de sa ville du Ban Saint Martin.

Le souvenir de son épouse Madeleine qu'il avait perdue en 2008, la présence de ses 7 enfants, 25 petits enfants et 32 arrière petits enfants comme autant de porteurs d'une flamme ont accompagné François Jung dans ses derniers jours comme dans son départ."

Jean-Pierre Jager


 

 

Académie nationale de Metz - 20 en Nexirue - 57000 Metz - Tél. 0387752973 / Fax 0387755635 - academiemetz@numericable.com

© Académie nationale de Metz - 2011 - Tous droits réservés

Conception et réalisation Bialec