Académie Nationale de Metz - Sciences Arts Lettres

L'UTILE - devise de l'Académie depuis 1760

Agenda des Académiciens

Mise en ligne le 11-12-2018

13 décembre 2018

Séance mensuelle jeudi 13 décembre

SEANCE MENSUELLE jeudi 13 DECEMBRE

Communications de  :

 

Jean-Bernard Lang, membre honoraire,

 

1914-1921 en Pologne et en Hongrie.

 Une des causes de l’obsession ethnique.

 

            Un abîme sépare les objectifs de la diplomatie du début de la guerre, en 1914, de ceux que, bon gré mal gré, les vainqueurs tentèrent de mettre en place 4 ans plus tard. C’est qu’entretemps deux évènements majeurs venaient de naître, la même année d’ailleurs, en 1917 : la révolution bolchevique en Russie et l’irruption sur la scène internationale d’une puissance désormais hégémonique, ou presque : les États-Unis.

            Deux utopies, l’une au service de la lutte des classes et de la création d’une patrie des travailleurs, l’autre au service des droits des peuples et de l’obsession de la liberté des mers. A chaque nation son état, à chaque état la liberté de commercer, tel était le credo américain.    Mais dans cette « Mitteleuropa », véritable mosaïque de langues, d’ethnies et de religions, comment faire pour rendre justice à chacun ? Les diplomates essayèrent avec plus ou moins de bonne foi et échouèrent piteusement comme on le vit 20 ans plus tard. Il en reste malheureusement des traces et certaines erreurs commises voici presque 20 ans expliquent un certain état d’esprit, une certaine mémoire installés dans ces pays, en Pologne et en Hongrie surtout.

 

 

 

 

 

 

Père Yves Ledure, membre titulaire,

 

De l’indifférence en matière religieuse.

 

 

          La notion d’indifférence en matière de religion apparaît au début du 19e s. Elle prétend décrire la situation religieuse issue de la Révolution française. Ainsi Lamennais en fait usage dans sin ouvrage « essai sur l’indifférence en matière de religion ».

          En s’appuyant sur la réflexion de Lamennais, on se demandera, entre autres, quelle est la pertinence anthropologique que véhicule cette dénomination.

 

 

 

 


Mise en ligne le 19-10-2018

8 novembre 23018

Séance mensuelle 8 novembre 2018

SEANCE MENSUELLE du 8 NOVEMBRE 2018

Communications de :

 

Philippe Brunella, membre associé libre,

 

Musée de la Cour d’Or,

un nouvel accueil pour quel avenir ?

 

 

 

 

 

 

Patrick de Villepin, membre correspondant,

 

« Tant que Metz ne sera pas libérée

 François de Villepin et la délivrance de Metz, novembre 1918 ».

 

En novembre 1918, le capitaine François de Villepin est le premier officier artilleur à entrer dans Metz, l’ancienne capitale de l’artillerie française. Une délivrance sans gloire dès lors qu’elle ne s’est pas faite par les armes. Mais une libération chargée en émotion pour un Lorrain dont la famille a dû opter pour la nationalité française en 1872. Ainsi s’accomplit le serment fait à son père dès l’âge de 11 ans : se lever tous les matins à 5 heures et se laver à l’eau froide tant que l’Alsace-Lorraine ne serait pas rendue à la mère patrie. 

Sorti dans la botte de Saumur, le jeune Saint-Cyrien est d’abord officier de cavalerie. Exilé en terre limousine, berceau de sa famille maternelle, il y trouve l’amour. Fiancé en mai 1914, il doit attendre novembre 1915 et une permission de trois jours pour se marier enfin. Grâce à sa Germaine et à une foi inébranlable, il survit dans l’enfer des tranchées. Gazé à Verdun, blessé au chemin des Dames, François est un meneur d’hommes. Soucieux d’économiser les vies humaines, il fait corps avec sa batterie. Son journal de marche le suit jour après jour.

Vie de garnison à Metz et carrière industrielle à Pont-à-Mousson parachèvent l’aventure et témoignent d’une fidélité constante à une lignée d’ancêtres, lorraine depuis le milieu du XVIIIe, messine depuis le début du XIXe siècle. 

 

Docteur en histoire, Patrick de Villepin est membre correspondant (depuis 1991) et prix d’histoire (2000) de l’Académie nationale de Metz. Tant que Metz ne sera pas libérée vient de paraître aux éditions des Paraiges. L’auteur sera présent au salon du livre d’histoire de Woippy les 17 et 18 novembre prochains.


Mise en ligne le 15-10-2018

15 octobre 2018

Conférence Nationale des Académie 2018

CONFERENCE NATIONALE DES ACADEMIES 3 - 5 octobre 2018

La Conférence Nationale des Académies 2018

organisée par l'Académie d'Alsace

à Colmar, Strasbourg et Sélestat

du 3 au 5 octobre 2018 :

  

quelques moments sur le site

 www.academie-alsace.fr

 


Mise en ligne le 09-10-2018

11 octobre 2018

1ère séance mensuelle de l'année académique 2018-2019

Séance mensuelle jeudi 11 octobre 2018

 

Communications de

 

Philippe Walter, membre associé libre,

 

 Regards croisés sur une Vierge noire du pays messin :

Notre-Dame de Rabas (xive siècle)

 

La chronique d’Antoine Esch (1524-1528) présente un rare exemple d’une légende structurée de Vierge Noire transcrite à la fin du Moyen Âge. Ses motifs stéréotypés rejoignent celles d’autres vierges du même type dans diverses régions de France (voire d’Europe). Cette Vierge Noire ne peut s’expliquer par la seule tradition judéo-chrétienne. Elle vient du paganisme et le christianisme a dû composer avec elle quand il n’a pas pu l’éliminer. Le recours aux rites et cultes du passé préchrétien de l’Europe permet d’entrevoir sa dimension magique. La déesse mère de la vieille Europe a survécu au monde celtique romanisé puis christianisé pour se retrouver en plein Moyen Age assimilée à la Mère du Christ. La très modeste Vierge de Rabas se rattache à cette tradition multiséculaire.

 

 

 

Emile-Pierre Guéneau, membre associé libre,

 

 

LA  GRANDE  REGION (TRANSFRONTALIERE)

LA  PETITE EUROPE

 

La géographie nous amène aujourd’hui à la découverte de la Petite Europe ou Grande Région à laquelle il faudrait ajouter l’épithète de transfrontalières car formée des cinq entités politiques du Grand-Duché de Luxembourg, des deux Länder de Sarre et de Rhénanie-Palatinat et des deux régions belge de Wallonie et française de la Lorraine. La problématique de cette communication sera la recherche de l’identité de cet espace et ce qui la différencie des divisions administratives et notamment de la région du Grand Est.  

 

La Grande Région transfrontalière est née d’une solidarité basée sur une culture sidérurgique commune fondée sur la crise sidérurgique dans les années 60. Après la création de l’association SAR-LOR-LUX dans les années 80, une rencontre à Mondorf-les-Bains à l’initiative du premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Junker, pose les premiers jalons de la Grande Région. En 2010 elle se dote de fondements juridiques en fonctionnant sur la base d’un Groupement Européen de Coopération Territoriale dotée d’une gouvernance alternante tous les 18 mois avec aujourd’hui à sa tête la ministre luxembourgeoise Corinne Cahen.

 

Cet espace géographique a des fondements historiques qui remontent à des siècles avec un moment clé, le partage de Verdun et la création d’un espace lotharingien, espace de l’« Entre deux » qui sera le théâtre de conflits incessants jusqu’en mai 1950 où Robert Schuman pose la première pierre durable de la paix entre les deux ennemis héréditaires, la France et l’Allemagne.

 

Aujourd’hui les frontières sont devenues des coutures où se nouent entre ces cinq entités une coopération féconde.


Mise en ligne le 19-10-2018

27 septembre 2018

Sortie d'automne de l'Académie

L'ACADEMIE EN SARRE

 

Sortie d’automne de l’Académie

jeudi 27 septembre

Saarbrücken 

 

 

 

 Volklinger Hütte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La Moderne Galerie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Académie nationale de Metz - 20 en Nexirue - 57000 Metz - Tél. 0387752973 / Fax 0387755635 - academiemetz@numericable.com

© Académie nationale de Metz - 2011 - Tous droits réservés

Conception et réalisation Bialec