Académie Nationale de Metz - Sciences Arts Lettres

L'UTILE - devise de l'Académie depuis 1760

Agenda des Académiciens

Mise en ligne le 28-09-2015

17 septembre 2015

Académie aux champs d'automne 17 septembre Avioth / Montmédy

 

 

 

Visite de la basilique Notre-Dame d’Avioth

 

 

 

 

 

 

Visite de l’église Saint-Martin de Montmédy


Mise en ligne le 15-09-2015

18 juin 2015

L'Académie aux champs à Reims

REIMS de la CATHEDRALE à SAINT REMI

 

 

 

 

- La cathédrale Notre-Dame Saint Jacques de

Reims 

 

 

 

 

- La Chapelle Foujita

 

 

 

 

 

 

 

 

- La Basilique Saint Remi

 

 

 

 

 

 

Voir le diaporama


Mise en ligne le 23-06-2015

16 juin 2015

séance solennelle Académie de Stanislas discours de réception J.-M. Demarolle

SEANCE SOLENNELLE DE L'ACADEMIE DE STANISLAS

 

 


Mise en ligne le 23-06-2015

04 juin 2015

séance mensuelle jeudi 4 juin

SEANCE MENSUELLE

 

 

communication de :

 

M. Gilbert ROSE, membre titulaire

 

 

Et si on évoquait une fois encore

 Amable Tastu et ses amis…

 

 

 

 

 

Après une brève biographie de Amable Tastu et de sa famille, et les regrets de l'auteur devant l'oubli que subit notre concitoyenne, cette communication évoque 31 compositeurs ayant écrit de la musique sur des textes de notre poétesse académique, près de 60 mélodies de formes multiples, avec accompagnement de piano. Chaque musicien est décrit brièvement, avec des renseignements plus ou moins intéressants, pittoresques ou amusants sur sa vie et son oeuvre. Certains textes ont été plus souvent adaptés que d'autres, et les auteurs sont plus ou moins talentueux. D'aucuns ont créé de véritables petits chefs d'oeuvres, alors que d'autres exposent une déplorable pauvreté harmoniques.

 

Parmi les plus connus figurent Camille Saint-Saëns et César Franck, plusieurs Prix de Rome et quelquefois un auteur inattendu, comme Hortense de Beauharnais ou Marie Nodier. D'autres, simples chansonniers, présentaient leurs créations dans les cabarets parisiens.

 

Toutes ces mélodies ont été éditées et certaines sont encore en vente aujourd'hui sur internet.

 

Le compositeur Rouget de l'Isle est également cité, bien qu'il n'ai jamais écrit sur des textes de son amie Amable Tastu, car il est décédé dans la maison de son père à Choisy-le-Roi.

 

 

 


Mise en ligne le 22-05-2015

07 mai 2015

séance mensuelle de jeudi 7 mai 2015

SEANCE MENSUELLE JEUDI 7 MAI

Communications de :

 

 

Mme Patricia GERARDIN, membre correspondant :

 

Parcours d’artistes. Art en stock.

Journées Patrimoine, une autre visibilité

pour les artistes contemporains

dans la ville de Metz.

 

Des artistes méconnus et talentueux créent des œuvres et sont à la recherche d’un public pour se faire connaître et vendre leurs œuvres. Comment les sortir de l’anonymat ?

 

Le défi a été relevé par une association qui a su progressivement fédérer les plasticiens et trouver reconnaissance et soutien auprès des instances publiques de la ville de Metz.

 

La conférence explique l’origine de la manifestation annuelle, décrit les techniques des artistes , leur sélection et présente l’association qui gère l’événement.

 

Cette communication nous promène ensuite dans les lieux, ateliers, commerces, galeries et institutions qui sont les lieux d’accueil du public et termine par des exemples en textes et en images d’artistes qui participent régulièrement à cet événement.

 

 


 

 

M. Jean-Bernard LANG, membre titulaire :

 

La construction de la frontière ;

l’incorporation de l’Alsace à la France.

Aspects géopolitiques, juridiques et identitaires.

 

            La plupart des gens croient savoir que l’Alsace a été rattachée à la France par le traité dit de Westphalie en 1648. Mais les choses ne sont pas exactement telles, car d’une part ce que nous appelons « Alsace » n’est à l’époque qu’une expression géographique, au plus une vieille réminiscence carolingienne, et d’autre part il n’est pas certain que Richelieu et son successeur Mazarin, ce dernier ayant été le maître d’œuvre du traité, aient eu ce rattachement comme objectif.

 

            Il est donc intéressant de tenter de connaître comment la France était perçue en Alsace en ce début du XVIIème siècle, comment les Français qui s’intéressaient à la géopolitique de l’époque définissaient une éventuelle « identité » alsacienne, et quelle était la vision qu’avaient les différents responsables politiques français des pays à l’est de la Meuse, Richelieu d’abord, Mazarin ensuite, Louis XIV enfin. Car il semble bien qu’ils n’avaient pas la même vision de ce que devait être leur frontière au nord-est.

 

            En réalité la mosaïque alsacienne fut incorporée par Louis XIV dans une sorte de fuite en avant, justifiée comme d’habitude par un juridisme procédurier d’une incroyable mauvaise foi. Les princes appelés plus tard « possessionnés » en furent les victimes mais les populations payèrent aussi un lourd tribut. Cependant, les guerres terminées, l’Alsace devenue une sorte de province à la souveraineté ambiguë, bénéficia d’une incontestable prospérité et d’un apport de population immigrée qui la transforma profondément et durablement.

 A la fin du XVIIIème siècle, les Alsaciens plébiscitèrent massivement l’appartenance à la France comme le prouvèrent assez les cahiers de doléances et plus tard, les votes protestataires émis après l’annexion de 1871.  


 

 

Académie nationale de Metz - 20 en Nexirue - 57000 Metz - Tél. 0387752973 / Fax 0387755635 - academiemetz@numericable.com

© Académie nationale de Metz - 2011 - Tous droits réservés

Conception et réalisation Bialec